Dispositifs et financements

DISPOSITIFS ET FINANCEMENT

Pour accompagner la réussite des projets de nos étudiants ou salariés et favoriser l’évolution de chacun, EMS Sport Business School a créé des parcours métiers spécifiques enregistrés au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) qui permettent d’accéder à des diplômes du niveau II (Bac+3) au niveau I (Bac +5), constitués de plusieurs parcours certifiants appelés "blocs de compétences".

 

R Y T H M E  D E S  É T U D E S

Cycle Bachelor
Formation en initial avec période de stage de 3 à 6 mois en fin d’année. Rentrée en Septembre/Octobre.

Cycle Mastère
Rentrée en Septembre/Octobre avec 2 formules :
1 semaine à l’école / 3 semaines en entreprise durant toute l’année scolaire
ou
2 jours à l’école / 3 jours en entreprise durant toute l’année scolaire.

Q U ’ E S T- C E  Q U E  L E  C O N T R AT  D E  P R O F E S S I O N N A L I S AT I O N  /  S TA G E  A LT E R N É ?

Selon que l’on signe un contrat de professionnalisation ou une convention de stage alterné, les conditions de cette alternance formation-entreprise sont différente :

  • Contrat de professionnalisation : vous êtes salarié avec un contrat de travail, soumis au Code du Travail.
  • Convention de stage alterné : vous avez le statut d’étudiant avec une convention de stage.

 

Rémunération

Le salaire de l’alternant n’est pas imposable s’il n’excède pas le SMIC et même si l’apprenti est rattaché au foyer fiscal de ces parents. Le salaire n’est également pas soumis aux cotisations salariales (salaire brut égal au salaire net).
La rémunération du stage devient obligatoire quand sa durée est supérieure à 2 mois. Cette indemnité peut être exonérée d’impôt sur le revenu.

  • Contrat de professionnalisation : revenus minimums bruts (chiffres 2020) et de 1000,63 euros pour les moins de
    21 ans avec Bac, de 1231,54 euros pour le 21-26 ans et de 1539,42 euros pour les 26 ans et plus.
  • Convention de stage alterné : minimum égale à 30% du SMIC (ce qui correspond à 15% du plafond horaire de
    sécurité sociale). Si l’entreprise le souhaite, elle peut attribuer un salaire plus élevé.
  • Stage : de 327,60 euros et plus celon la convention collective favorable. Ainsi, chaque période au moins égale à 7 heures de présence, consécutives ou non, est considérée comme équivalente à une journée de présence. Chaque période au moins égale à 22 jours de présence, consécutifs ou non, est considérée comme équivalente à 1 mois de présence. Autrement dit, doit être gratifié le stagiaire dont la durée du stage est supérieure à 44 jours ou 308 heures.

Sachez que les sommes perçues au titre de la gratification de votre stage sont :

  • Exonérées de charges sociales et de CSG et CRDS si la rémunération horaire ne dépasse pas le montant horaire minimal (soit 3,90 euros depuis le 1er janvier 2020) ;
  • Exonérées d’impôt sur le revenu dans la limite du montant annuel du SMIC fixé pour l’année 2020 à 18 473 euros.

 

Durée

  • Contrat de professionnalisation : de 1 à 2 ans. Durée égale à celle de la formation. Alternance temps entreprise / temps de formation. Avec rythme, d’une semaine à l’école et trois semaines en entreprise ou 2 jours à l’école et 3 jours en entreprise durant toute l’année scolaire.
  • Convention de stage alterné : de 3 à 6 mois en moyenne, et toujours hors du temps scolaire (vacances ou période de l’année libérée à cet effet).

 

Frais de scolarité

  • Contrat de professionnalisation : formation prise en charge par l’entreprise, via les aides des organismes professionnels (professionnalisation) et par l’État.
  • Convention de stage alterné : en règle générale, le stagiaire alternant doit payer ses frais de scolarité tout seul. Cependant, il est possible de négocier avec l’entreprise pour que cette dernière vous aide à financer vos études.

 

Protection contre le licenciement

  • Contrat de professionnalisation : identique à celle de tout autre salarié en CDD.
  • Convention de stage alterné : la rupture est très simple pour l’employeur comme pour le stagiaire.

 

Accès aux indemnités de chômage à la fin du contrat

  • Contrat de professionnalisation : oui
  • Convention de stage alterné : non

 

Couverture sociale

  • Contrat de professionnalisation : affiliation au régime général des salariés. Possibilité de s’affilier à la mutuelle
    de l’entreprise.
  • Convention de stage alterné : sécurité sociale et mutuelle étudiantes.

 

Encadrement

  • Contrat de professionnalisation : tuteur obligatoire pour les contrats de professionnalisation.
  • Convention de stage alterné : maître de stage.

 

Avantages annexes et en nature
Les avantages annexes et en nature sont nombreux. On retrouve par exemple la prime de fin d’année, le 13ème mois, la participation, l’intéressement et actionnariat, le remboursement de frais, la cantine, les
tickets restaurant, le comité d’entreprise...).

  • Contrat de professionnalisation : oui, si prévu dans l’entreprise.
  • Convention de stage alterné : dépendant du bon vouloir de l’employeur et des pratiques de l’entreprise.

 

Missions

  • Contrat de professionnalisation : l’alternant se voit confier missions et projets de longue durée.
  • Convention de stage alterné : l’objectif du stage est donc de découvrir l’entreprise pour avoir une vision du monde du travail. Il peut également comparer les différences existantes entre les compétences en entreprise et les compétences acquises en cours.

 

Convention de stage alterné

Encore peu connue, cette formule cumule les avantages du stage et de l’alternance, notamment pour ceux qui n’auraient pas souhaité ou pu se lancer dans le statut salarié et qui voudraient augmenter leur employabilité.

D’une durée de 3 mois minimum, le stage alterné s’adresse principalement aux étudiants du supérieur. Il est établi par une convention de stage alterné entre l’étudiant, une entreprise et l’école, qui précise les conditions de formation, missions et rémunération éventuelle du stagiaire (327,60 € / mois minimum pour un stage de plus de 3 mois). L’emploi du temps de l’étudiant est aménagé pour qu’il puisse suivre ses cours tout en évoluant professionnellement, encadré par un tuteur.

Rythme le plus fréquent : 2 jours pleins en école et 3 jours en entreprise. Le statut étudiant est conservé, ce qui permet notamment au jeune de poursuivre son stage dans une autre entreprise s’il le souhaite.

NOS PARTENAIRES FINANCIER POUR L'ACCOMPAGNEMENT DE VOS ÉTUDES

Profitez des avantages réservés aux étudiants de l'EMS SPORT BUSINESS SCHOOL.

À l'approche de la rentrée, le montant de vos dépenses ne va cesser de grimper. Et ce quel que soit votre cursus. En tant qu'étudiant, vous pouvez bénéficier d'un prêt adapté à vos besoins. Voici tout ce qu'il faut savoir avant de se lancer.

Le prêt étudiant est un crédit à la consommation qui doit vous permettre de financer vos études : frais de scolarité, logement, ordinateur, nourriture, voyage à l’étranger, voiture… Vous n’avez pas besoin de justifier vos dépenses pour le solliciter.

 

Un prêt accessible à tous

Les conditions d'accès au prêt étudiant sont souples, même si souvent elles sont plus avantageuses pour un étudiant dans une grande école de commerce, que dans une université de lettres. "N’importe quel type d’étudiant peut souscrire à un prêt étudiant au Crédit Agricole Centre Loire, il suffit de fournir un certificat de scolarité. Il faut cependant être âgé de maximum 30 ans pour l’offre de notre banque", explique Aurélie Cogné, conseillère en gestion de patrimoine.

Le prêt étudiant doit aussi être fait à votre nom, sauf si vous êtes encore mineur, auquel cas il sera fait au nom de vos parents. Autre condition, avoir un garant en France métropolitaine qui se porte caution pour vous. Ryan en a fait les frais et a dû se tourner vers une banque de sa collectivité d’Outre-mer. À noter que c’est à partir des revenus de votre garant qu'est calculé votre taux d’endettement, puisque c’est lui qui devra rembourser votre crédit en cas de défaillance de votre part.

Si vous ne trouvez pas de garant, l’État peut dans certains cas faire office de caution. Ce dispositif est restreint à 5 banques : la Société générale, le Crédit Mutuel, le CIC, les Banques populaires et les Caisses d'épargne du groupe BPCE. Autre condition : être âgé de moins de 28 ans. Ce prêt étudiant est d’un montant maximal de 15.000 € que vous devrez commencer à rembourser deux ans après la fin de vos études.